Accueil Tendances Snacking PFAS détectés dans certains emballages alimentaires, les ONG alertent

PFAS détectés dans certains emballages alimentaires, les ONG alertent

256
0
Burger et frites dans un emballage alimentaire contenant des PFAS

Une étude du mois de mai effectuée par des ONG européennes révèle que des PFAS ou substances per-polyfluoroalkylées ont été détectés sur un nombre impressionnant d’échantillons d’emballages alimentaires.

La plupart des emballages alimentaires et la vaisselle jetable commercialisés en Europe contient des PFAS, des substances connues pour leurs effets néfastes sur la santé.

Les ONG demandent actuellement d’exclure ces substances artificielles des utilisations liées à notre santé et à l’environnement.
Elles ont analysé des emballages alimentaires pour plats à emporter.

Ces ONG ont ciblé :

Ces analyses ont été constituées en France, en République tchèque, au Danemark, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Qu’en est-il du résultat ?
Des traces de PFAS sont alors détectées dans plus de 2/3 des échantillons testés.

Les concentrations sont plus élevées dans les produits en fibre moulée. (Assiettes, bols etc. en fibre végétale)

Alors qu’annoncés comme étant des produits jetables, biodégradables et compostables.

Les PFAS en emballage

L’ampleur de l’utilisation des PFAS dans les emballages alimentaires n’avait pour l’instant ni été identifiée ni quantifiée.

Nous pouvons les retrouver dans des emballages de la vie quotidienne :

  • Les boîtes pour hamburgers 
  • Les sachets pour frites
  • Les sachets pour sandwich 
  • Les boites à pâtisseries 
  • Les boîtes de plats à emporter au restaurant 
  • Les boîtes en supermarché 
  • La vaisselle en carton

Des PFAS sont présents dans ces emballages, boites et contenants alimentaires jetables.


Ceux-ci restent pendant un long moment dans l’environnement tout comme notre corps.

Ces produits antiadhésifs et antitaches sont dangereux pour notre santé car ils sont artificiels et toxiques.

La famille des perfluorés est très utile pour l’alimentation car elle résiste à la chaleur et est imperméable.
En effet, elle possède la capacité à repousser l’eau, l’huile et les graisses, ce qui peut être très utile pour éviter les fuites et taches ou qu’une assiette en carton ne se déchire à cause de l’eau présente dans l’aliment par exemple.

Les PFAS sont utilisées dans un grand nombre de produits et de secteurs industriels :

  • Dans les mousses anti-feu 
  • Dans les poêles en téflon.
  • Dans les textiles imperméables
  • Dans les produits ménagers
  • Dans les vernis et peintures
  • Dans les pesticides
  • Dans les médicaments
  • Dans l’industrie automobile
  • Dans la transformation d’aliments
  • Dans la construction
  • Dans l’électronique
  • Dans l’ameublement
  • Dans la cosmétique

Certaines études ont démontré que les PFAS contenus dans les emballages peuvent migrer vers les aliments.

Dans un communiqué publié en 2019 il a été conclu que l’alimentation et l’eau contribuent à plus de 90% de l’exposition totale au PFAS.

Le plus surprenant a été de découvrir parmi ces objets, que ceux qui avaient les concentrations les plus élevées sont dans les nouvelles générations de contenants en fibres végétales. 

Le plus intéressant est que ces produits sont censés être biodégradables, et pourtant les PFAS même après le cycle de vie du produit et même une fois recyclés, se retrouvent dans le nouveau produit recyclé.

Avec une utilisation quotidienne de ces produits, les PFAS, s’accumulent dans l’organisme pendant des mois, qu’en est-il de ses effets sur la santé ?

PFAS dans les aliments: quel impact sur la santé ?

L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), a établi en septembre 2020 un seuil de sécurité pour quelques-unes de ces substances.Certains PFAS ont attiré l’attention des toxicologues pour leur toxicité.

Il a été retrouvé dans le sang et certains organes de la population des PFAS, il en est de même chez les animaux.

Pourquoi les appelle-t- on aussi les produits chimiques éternels ?

Les PFAS sont aussi surnommés les Forever Chemicals car la demi-vie de ces produits dans l’environnement et dans le corps est extrêmement longue.

Liste des effets possibles sur l’humain adulte :

  • Maladie de la thyroïde
  • Augmentation du taux de cholestérol
  • Cancer du sein
  • Complications hépatiques
  • Cancer du rein
  • Colite ulcéreuse
  • Cancer du testicule

Liste des effets possibles sur le fœtus et l’enfant :

  • Retard de développement des glandes mammaires
  • Réduction de la réponse aux vaccins
  • Petit poids de naissance
  • Facteurs d’obésité
  • Puberté précoce
  • Risques de fausse couche 
  • Diminution du nombre et mobilité des spermatozoïdes

PFAS et pollution

D’une part la nature des PFAS est très persistante, leur présence est généralisée dans les emballages alimentaires jetables qui sont produits en grande quantité,leur taux de renouvellement est ainsi très élevé.

Cette accumulation met en danger la santé humaine ainsi que la faune, et cela à long terme, entravant par conséquent la mise en place d’une économie circulaire et plus propre.

En France c’est l’UFC Que Choisir qui demande à ce que soit renforcé le contrôle des allégations environnementales, car ces produits, souvent présentés comme compostables ou biodégradables, sont en fait des polluants.

Ce qui contient des PFAS pollue l’environnement, pendant et après leur cycle de vie, avec le recyclage à partir de papier ou carton traités aux PFAS tel que les produits dit biodégradables dangereux pour l’environnement dont on a évoqué à base de fibre végétale et adjonction de PFAS.

La présence de ces produits artificiels se fait dans des emballages qui pour le plus souvent une utilisation de seulement quelques minutes comme pour les frites, les burgers et pizzas.

Tout cela produit énormément de déchets contenant ces substances toxiques, polluant l’environnement et s’accumulant tout le long de la chaîne alimentaire.

L’impact sur l’économie

Les coûts sanitaires ont été évalués pour les PFAS de 50 à 80 milliards d’€ pour l’Europe. 

En cumulant les coûts annuels au dépistage environnemental, la surveillance des contaminations, le traitement des eaux, la dépollution des sols et l’évaluation sanitaire, il est estimé que cela pourrait coûter jusqu’à 170 milliards d’euros pour l’espace économique européen.

En effet la nature des PFAS empêche la dégradation après utilisation ou rejet dans l’environnement et est susceptible de contaminer des eaux souterraines, des eaux de surface et le sol. 

L’assainissement des sites pollués est donc difficile, coûteux et technique.

Les alternatives

Les ONG demandent l’arrêt de l’utilisation des PFAS pour tout ce qui n’est pas essentiel à la santé, à la sécurité et au fonctionnement de la société.

L’utilisation qu’on en fait dans les emballages alimentaires et la vaisselle à usage unique est un des exemples dont on pourrait se passer.
L’UFC Que Choisir voit un intérêt dans la vaisselle jetable à base de pulpe végétale ou de feuilles de palmier et en papier carton pour les pailles.

Bien sur ces alternatives ont un coût, alors l’UFC Que choisir a fait une demande à l’UE d’une liste avant 2022 :

« Une liste précise des matériaux et additifs pouvant être utilisés sans danger comme substituts aux plastiques pour la vaisselle jetable ».

Les mesures possibles

Étant donné la dangerosité de certains PFAS, il est inquiétant de les voir encore autorisés dans l’industrie alimentaire.

Quelques-uns sont répertoriés et interdits mais pas encore assez pour avoir d’impact.

Les ONG pointent alors les insuffisances de la réglementation.

Pourtant depuis juillet 2020, au Danemark, l’utilisation des PFAS dans les emballages alimentaires en papier et carton a été interdite. 

Il est donc réaliste et faisable d’interdire ces composés chimiques dans l’industrie alimentaire

Contrairement à la République tchèque et au Royaume-Uni par exemple où ces composés sont présents un peu partout dans les emballages alimentaires.

Les résultats pour la France démontrent qu’il y a énormément à faire pour écarter les risques sanitaires liés aux PFAS sur le long terme.

Dans un premier temps, les citoyens peuvent inciter les entreprises à arrêter l’usage des PFAS.

Puis interpeller les sphères politiques afin d’accélérer le mouvement que les ONG ont mis en place.

En attendant, les citoyens peuvent toujours apporter leur propre récipient alimentaire réutilisable quand ils commandent à emporter.

Article précédentFast food bio : plus qu’une tendance un état d’esprit
Article suivantSnack après le sport, quels aliments choisir ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici